Publications scientifiques sur la vibroliposculpture

La liposuccion par la technique de lipoaspiration par vibration

Historique de la vibroliposculpture

Nouvelle technique de lipoaspiration apparue à la fin des années 1990, la vibroliposculpture (VLS) a fait suite à la liposculpture aidée des ultrasons.
L’infiltration des tissus graisseux à l’aide du liquide de Klein a permis la diminution du diamètre des canules.
Plus d’une dizaine d’années se sont écoulées avant que de nouvelles solutions soient proposées dans le domaine de la lipoaspiration.
L’apport des ultrasons s’étant avéré non concluant, l’arrivée d’une technique d’automatisation de la lipoaspiration a reçu un accueil mitigé.

Principe de la vibroliposculpture

Une poignée (pièce à main), sur laquelle se fixe une canule, permet à celle-ci d’effectuer un mouvement de va et vient d’une amplitude (variable selon les constructeurs) d’environ 1 cm.
Ce déplacement est obtenu soit à l’aide d’un générateur d’air comprimé, soit par un moteur électrique.
Nous ne débattrons pas sur la supériorité de tel ou tel mécanisme, cela n’est pas le propos d’autant plus que les différentes solutions sont amenées à évoluer.

Apports de la vibroliposculpture (VLS)

La VLS facilite l’exérèse du tissu graisseux, cela a pour conséquence : moins d’effort musculaire de la part du chirurgien et d’autre part, la possibilité d’extraire la graisse là où il est toujours délicat de le faire, à savoir, l’estomac, les bourrelets sous chondraux, le dos, les hanches, en particulier.

La quantité de graisse retirée dépend non plus de l’amplitude du mouvement de l’opérateur mais du temps durant lequel la canule avec son mouvement de translation est actionnée dans une zone donnée.
Cela signifie que le chirurgien se servant de la canule comme d’un bistouri, les vibrations de la canule donnant réellement l’impression de créer une émulsion immédiatement aspirée par la canule.
Le poids et l’encombrement de ce matériel ainsi que sa vibration dans la main peuvent dérouter dans un premier temps.
Habitué que nous sommes à maintenir solidement notre canule d’aspiration, il s’agit là tout au contraire, d’un simple mouvement de guidage afin de laisser l’instrument agir par lui-même.
La résultante logique est évidemment une plus grande précision dans le geste et donc dans la maîtrise de la quantité de graisse retirée.

Conclusion

Il s'agit réellement d'un net progrès en matière de liposculpture. A condition de maîtriser parfaitement la technique, on obtient une nette amélioration du résultat final, avec la possibilité d'extraire la graisse aisément sur des localisations jusque là très délicates à traiter.
En ce qui nous concerne, il s’agit réellement d’un net progrès dans un domaine où depuis la date de sa découverte, peu d’innovations ont vu le jour.

Cet article a été extrait de la revue de
l'Association Française des Médecins Esthéticiens
de juin 2004

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire